Déconfinement : hypothèses et certitudes

Par Ziad TOUAT, docteur en biologie et biotechnologie, chef de projet chez Crisotech.

La décision de confiner la France fut prise le dimanche 15 mars pour faire face à l’évolution exponentielle du nombre de cas sur le territoire. Du 15 au 29 mars, les effets du confinement n’ont logiquement pas pu se faire sentir puisque cela correspond au temps d’incubation de la maladie (14 jours maximum). La seconde période, du 29 mars au 12 avril a paradoxalement vu le nombre de cas fortement augmenter puisqu’une personne malade, qu’elle soit symptomatique ou non, a très probablement transmis la maladie aux personnes avec lesquelles elle est confinée (on parle de cellule familiale). Ce n’est donc qu’à partir du 13 avril, troisième phase du confinement, que la courbe a commencé à s’aplanir, de même que la dynamique exponentielle de la pandémie.

Lire la suite (Via RSE Magazine)